arthrite juvénile

De nombreuses personnes croient à tort que l’arthrite juvénile est une maladie de personnes âgées, mais les statistiques brossent un tableau bien différent. En effet, l’arthrite juvénile est une forme rare d’arthrite qui touche les enfants et les adolescents de moins de 16 ans, aussi bien les filles que les garçons.

arthrite juvénile

Elle se caractérise par des douleurs articulaires et des inflammations qui peuvent durer plusieurs semaines. Il n’existe pas de traitement spécifique. Certains médicaments tels que les anti-inflammatoires non stéroïdiens et les corticostéroïdes visent à soulager les symptômes. La physiothérapie permet d’assurer une bonne croissance.

Causes

On ignore pourquoi 1 à 3 enfants sur 1000 souffrent d’une arthrite juvénile idiopathique (AJI). L’arthrite juvénile est généralement idiopathique : cela signifie que ses causes sont inconnues. Cette pathologie peut également se manifester dans le cadre de maladies d’origine infectieuse, inflammatoire, ou auto-immune. L’AJI fait partie des maladies auto-immunes, dont les causes restent en grande partie inexpliquées.

Symptômes

Les symptômes de l’arthrite juvénile idiopathique (AJI) diffèrent selon la forme concernée et leur intensité varie considérablement d’un individu à l’autre. Ils peuvent se manifester par des articulations gonflées et douloureuses, des poussées de fièvre, des éruptions cutanées et des inflammations oculaires. Voilà une liste des symptômes de cette maladie :

  • Oedème (gonflement) accompagnant parfois l’inflammation de ces articulations.

  • Ganglions dans 30 à 40 % des cas.

  • Douleur thoracique traduisant l’inflammation du péricarde (structure membraneuse entourant et protégeant le cœur) le plus souvent minime. Le médecin à l’auscultation cardiaque, remarque un assourdissement des bruits du coeur, et une tachycardie (accélération du rythme cardiaque).

  • Signes cutanés (taches rouges discrètes à n’importe quel point du corps) majorés quand l’enfant prend un bain chaud, ce qui permet de faire le diagnostic. Hépatosplénomégalie (augmentation de volume du foie et de la rate) dans certains cas seulement.

  • Fièvre décrivant de grandes oscillations au cours de la journée, parfois supérieure à 40°C.

  • Parfois, petite perte de poids et amyotrophie (fonte musculaire) entraînant une altération progressive de l’état général.

  • Douleur thoracique traduisant l’inflammation du péricarde (structure membraneuse entourant et protégeant le cœur) le plus souvent minime. Le médecin à l’auscultation cardiaque, remarque un assourdissement des bruits du coeur, et une tachycardie (accélération du rythme cardiaque).

  • Quand les articulations de la main sont touchées, ce sont essentiellement les articulations appelées interphalangiennes proximales qui sont atteintes (articulations situées entre les phalanges).

    Douleurs au niveau des articulations, essentiellement aux poignets, aux genoux, dans la colonne vertébrale, et plus particulièrement au niveau cervical.

Traitements

Les traitements d’une arthrite juvénile sont :

  • Les traitements de fond apparaissent inefficaces et voire dangereux. Ainsi, l’utilisation des immunosuppresseurs ne semble pas apporter d’amélioration, bien qu’actuellement, une étude soit faite sur le méthotrexate. Seul le chlorambucil doit être réservé aux traitements des amyloses secondaires, mais il existe un risque de stérilité chez le garçon après trois mois. Enfin, l’utilisation des immunoglobulines (anticorps) ne s’avère ni utile ni efficace.

  • L’aspirine est généralement efficace dans de nombreux cas, surtout chez le jeune enfant.

  • L’utilisation de la corticothérapie (traitement à base de cortisone), et plus particulièrement de la prednisone ou de ses équivalents, ne semble indiquée que s’il y a échec total, ou intolérance aux anti-inflammatoires qui ne sont pas d’origine corticostéroïde. D’autre part, seule une péricardite (inflammation du péricarde, qui est la structure membraneuse entourant le coeur) semble une bonne indication, voire une indication indiscutable à la cortisone.

  • Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (n’utilisant pas la cortisone) doivent être tentés en première intention.

>>>>> Anxiété chronique : Voilà 7 signes que vous devez pas ignorer !

>>>>>> Rhume Ou Grippe ? LES CARACTÉRISTIQUES !!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here