phlébite

Qu’est-ce qu’une phlébite ?

PHLÉBITE

La phlébite ou thrombose veineuse correspond à la présence d’un caillot sanguin dans une veine. On distingue deux grands types de phlébites : Contrairement aux simples varices, la phlébite est un problème médical qui peut avoir des conséquences graves lorsqu’elle se complique par la migration d’un caillot sanguin dans les vaisseaux pulmonaires. Des antécédents de phlébite imposent donc de prendre des précautions particulières.

LA PHLÉBITE SUPERFICIELLE

Lorsque ce caillot ou « thrombus » se développe dans une veine superficielle, à partir ou non de varices, il n’y a pas lieu de s’inquiéter. L’inflammation, la douleur qui en résultent seront le plus souvent soulagées après administration d’un simple traitement anti-inflammatoire et le caillot un peu dur que vous pouvez parfois visualiser et palper sous la peau disparaîtra peu à peu.

LA PHLÉBITE PROFONDE

En revanche, lorsque le caillot se forme dans une veine profonde des jambes, le problème est plus sérieux. Car le caillot peut alors se fragmenter, se détacher de la paroi veineuse, se déplacer dans le torrent circulatoire et atteindre au bout du compte le coeur droit puis les branches des artères pulmonaires. S’il se bloque dans ces derniers vaisseaux (embolie pulmonaire), il pourra alors déterminer de graves complications respiratoires et générales.
Les symptômes de la phlébite

LES SIGNES DE LA PHLÉBITE SUPERFICIELLE

Il arrive que la phlébite superficielle soit asymptomatique. Certain signes peuvent tout de même apparaître :
• La zone est douloureuse, rouge, endurée ;
• La varice apparaît sous forme d’un cordon rouge et chaud

LES SIGNES D’UNE PHLÉBITE PROFONDE

• Douleur au mollet spontanée et/ou à la palpation ;
• Sensation de lourdeur au niveau des jambes ;
• Oedème ;
• Gonflement du mollet ;
• La zone devient bleuâtre/violette ;
• La zone est chaude au toucher ;
• Dilation des veines superficielles.

Le diagnostic de la phlébite

PHLÉBITE

En fait, ce sont l’échographie-Doppler, ou plus rarement la phlébographie (une sorte de radiographie des veines exigeant l’injection de produit de contraste opaque aux rayons X), qui permettent d’affirmer la présence d’un caillot sanguin dans une veine profonde des jambes.
Mis à part le risque d’embolie pulmonaire, la phlébite a d’autres inconvénients lorsqu’elle est négligée ou identifiée trop tardivement. En premier lieu, elle peut récidiver. Or, avec la répétition des phlébites, il arrive que la veine concernée demeure en partie obstruée, d’où l’apparition d’un oedème plus ou moins chronique de la jambe, qui peut s’associer à des troubles cutanés et à des ulcères (maladie post-phlébitique).

Le traitement de la phlébite, une urgence médicale

PHLÉBITE

LES ANTICOAGULANTS
En cas de phlébite superficielle et profonde, des anticoagulants sont prescrits.
Il existe plusieurs types d’anticoagulants :
• les héparines utilisés par injections sous-cutanées, comme le fondaparinux ;
• les antivitamines K (ou AVK), comprimés à prendre par voie orale ;
• les anticoagulants oraux directs : dabigatran, rivaroxaban, apixaban.
En cas de détection d’une phlébite profonde, votre médecin vous prescrira immédiatement un de ces médicaments anticoagulants et, bien souvent, il vous fera hospitaliser en urgence.
LA COMPRESSION MÉDICALE
Le port de bas ou de collants de contention est indispensable que ce soit en cas de phlébite superficielle ou profonde. Ces derniers permettent d’estomper les symptômes de la phlébite et surtout d’éviter les complications. Il est recommandé de les porter pendant au moins trois mois.
LA THROMBOLYSE
Moins fréquemment, on vous administrera des médicaments thrombolytiques pour dissoudre le caillot ou on pratiquera une intervention chirurgicale, soit pour enlever le thrombus lui-même, soit pour prévenir l’apparition secondaire d’une embolie pulmonaire (ligature des veines ou pose d’un filtre pour empêcher que le caillot atteigne les poumons).
LA POSE D’UN FILTRE CAVE
Seulement recommandée en cas de risque élevé d’embolie pulmonaire, la pose d’un filtre cave pourra être envisagée par le médecin. Ce dernier permet d’éviter la migration d’un caillot vers le coeur et les artères pulmonaires.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here